jeudi 15 novembre 2018

Bataille sur la biodiversité (E. Masood)

L'IPCC (Intergouvernemental Panel on Climate Change), 830 auteurs et éditeurs, 3500 experts consultés) a remarquablement fait son travail en mettant d'accord 180 pays sur les conclusions des experts dont les grandes lignes avaient été reconnues il y a plus de 30 ans : l'échauffement climatique actuel est réel, il est principalement anthropogénique. Les détails des conclusions sont la base scientifique des accords de Paris à la COP 21 en 2015. Bravo ! On a reproché à l'IPCC de ne pas avoir suffisamment intégré les compétences des sciences humaines avec pour conséquence le fait que ses conclusions n'ont pas pénétré l'opinion publique aussi bien qu'elles le devraient. Critique justifiée ? On peut en discuter.

L'IPBES est en principe similaire sauf que son but est de faire face à la crise de la biodiversité et de l'extinction des espèces plutôt qu'à l'échauffement climatique. Actuellement les travaux de l'IPBES devraient approcher un rapport final, mais de graves dissensions internes mettent en péril toute l'oeuvre. Le problème a bien à faire avec l'élargissement des scientifiques empiriques – principalement ceux des pays développés – aux collègues diversifiés des humanités et sciences sociales ainsi qu'aux acteurs locaux (paysans, citoyens scientifiques, peuples indigènes) moins moulés dans le cadre de la recherche traditionnelle. Les premiers se focalisent sur la notion de « service de la biosphère » auquel ils essayent de donner une valeur quantitative (par exemple : quel serait le coût de la mort des abeilles?) L'avantage est clair. On a des chiffres, la politique est « objectivement » orientable. Le problème est tout aussi évident : comment comparer le service à la biosphère du Panda géant avec celui du tigre du Bengale ?

Il y a une autre pierre d'achoppement. Alors que le CO2 et parfaitement distribué à chacun, partout dans le monde, les Indiens et les Chinois voient fort différemment le problème du panda ou celui du tigre – chacun le sien. Apparemment le petit égoïsme cache la globalité du problème.

On en est là et les deux – trois, quatre ou cinq – clans se combattent. C'est tragique. L'éditorial du journal ainsi que articles mentionné appellent les membres de l'IPBS à la sagesse. On en a besoin.

Quand je parle autour de moi de l'environnement, je rencontre autant de personnes qui s'agitent sur la perte des espèces que sur l'échauffement climatique. Il serait dommage de devoir faire face au premier sans un guide cohérent pour conduire la prise de conscience et la politique. Pour le second, la route est bien tracée.

Masood, E. (2018). The battle for the soul of biodiversity. Nature, 560(7719), 423-425. doi:10.1038/d41586-018-05984-3


BIODIVERSITÉ/ Jacques Dubochet

lundi 12 novembre 2018

« Première édition des Assises vaudoises du climat »

L’Etat de Vaud lance les travaux en vue de la mise en œuvre d’une politique
climatique cantonale.

(AGIR) - Le Département du territoire et de l'environnement (DTE) a présenté aujourd'hui les objectifs ainsi que le programme détaillé de la première édition des Assises vaudoises du climat qui se tiendra lundi 12 novembre au Swiss Tech Convention Center de l'EPFL. Plus de 200 représentants de tous les domaines concernés par cette problématique, comme les communes, la société civile, les univers politique et économique, les spécialistes techniques, les milieux environnementaux ou les services de l'État, participeront à ces assises, informe l'Etat de Vaud aujourd'hui dans un communiqué. La matinée sera consacrée à plusieurs conférences plénières offrant une vision globale et approfondie des enjeux actuels et à venir. Les participants pourront ensuite confronter leur vision au cours d'ateliers traitant des ressources naturelles, de la mobilité, de l'économie, des dangers naturels, des espaces bâtis et des initiatives locales.

Ces rencontres donneront le coup d'envoi à la réalisation d'un Plan climat vaudois. «Ce document, dont les objectifs stratégiques sont définis dans une feuille de route établie par le DTE, s'articulera autour de mesures de réduction des émissions de CO2 et d'adaptation aux changements climat», précise le communiqué.

L'ampleur et la diversité des événements météorologiques de cette année 2018 ont mis en évidence la forte exposition du canton de Vaud aux conséquences des changements climatiques. En conséquence, le Conseil d'État a fait figurer la thématique climatique parmi ses priorités pour la législature en cours. «Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), 50% à 70% des leviers d'action en matière de lutte contre le réchauffement climatique se situent à l'échelon local », souligne à ce propos Jacqueline de Quattro, conseillère d'État en charge du DTE, citée dans le communiqué.

Programme détaillé des Assises vaudoises du climat ainsi que la feuille de route du Plan: https://www.vd.ch/themes/environnement/climat/

Armande Reymond Journaliste RP
 
Av. des Jordils 3 – Case postale 1080 – 1001 Lausanne
Colis : Av. des Jordils 3 – 1006 Lausanne
( 021 613 11 31 – Fax 021 613 11 30

dimanche 11 novembre 2018

«Criminalité environnementale: le Conseil fédéral crée un groupe de coordination»

Berne, 07.11.2018  
Une lutte efficace au niveau national et international contre les délits environnementaux suppose une étroite collaboration entre tous les services concernés. Pour y parvenir, le Conseil fédéral a décidé le 7 novembre 2018 de mettre sur pied un groupe de coordination contre la criminalité environnementale qui rassemblera tous les acteurs fédéraux touchés par ce thème. Des représentants des corps de police, des ministères publics et des services cantonaux de l'environnement y seront également associés.
Derrière la criminalité environnementale se cache un marché mondial particulièrement lucratif représentant chaque année, selon les estimations d'Interpol et du Programme des Nations Unies pour l'environnement, entre 91 et 258 milliards de dollars. L'Europe et la Suisse ne sont pas épargnées : des ressources naturelles exploitées illégalement, à l'instar d'espèces végétales et animales protégées, sont importées en Europe, tandis que des déchets sont exportés. Souvent, de telles activités criminelles déployées au plan international sont organisées ou financées en Europe.
En Suisse, une série de dispositions pénales permettent d'assurer la bonne application du droit environnemental national, notamment dans les domaines de la protection des eaux, de la chasse et de la pêche, de la protection de la nature et du paysage ainsi que de la conservation des espèces. Ces dispositions pénales constituent le dernier maillon de la chaîne d'exécution du droit environnemental suisse, et sont appelées à entrer en action lorsque les autres mesures d'exécution sont restées sans effet. Leur mise en œuvre rigoureuse assure un effet préventif tout en soutenant l'application du droit. Au contraire, une poursuite lacunaire des délits environnementaux nuit à l'efficacité du droit suisse de l'environnement.
Importance de la coordination nationale et internationale
Une lutte efficace contre les délits environnementaux suppose une bonne coordination et des échanges approfondis. En Suisse, le groupe EnviCrimeCH, créé à cet effet en 2014, rassemble les différentes autorités fédérales concernées ainsi que des représentants des corps de police, des ministères publics et des services cantonaux de l'environnement et vise à assurer un échange d'expériences et de connaissances en la matière.
Ce groupe va désormais être transformé, conformément à la décision du Conseil fédéral du 7 novembre 2018 donnant suite à une recommandation d'Interpol, en un groupe de coordination contre la criminalité environnementale. Le nouvel organe permanent de coordination continuera de permettre les échanges d'expériences et de connaissances entre les acteurs du secteur, tout en s'attelant à développer le droit de l'environnement et à améliorer les outils de poursuite pénale dans ce domaine. Il offrira également, dans le respect de la procédure pénale et du droit de la protection des données, une plateforme de coordination lors d'affaires concrètes.
Le groupe sera conjointement dirigé par l'Office fédéral de l'environnement et l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires.
Adresse pour l'envoi de questions: M. Florian Wild, chef de la division Droit, Office fédéral de l'environnement, 058 464 93 06 + Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, service de presse, 058 463 78 98, media@blv.admin.ch.

Auteurs: Conseil fédéral, https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html + Secrétariat général DETEC, https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html + Office fédéral de l'environnement OFEV, http://www.bafu.admin.ch/fr + Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, http://www.blv.admin.ch.

samedi 10 novembre 2018

La croissance du CO2 atmosphérique dépend de l'eau souterraine

La croissance du CO2 atmosphérique dépend de l’eau souterraine..    628 -3. CLIMAT, CO2, H2O.


La figure montre comment évolue la concentration du CO2 dans l’atmosphère. Elle croît ; c’est notre problème. Mais quels sont les petits gli-gli annuels ? Ils sont dus au fait que la végétation absorbe le CO2 selon son cycle annuel et qu’il y a plus de végétation dans l’hémisphère Nord que Sud. De ce différentiel, on déduit que l’écosystème terrestre absorbe et relâche, bon an mal an, 30% de l’émission du CO2 anthropogène.

Ainsi, le premier facteur de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est le déversement anthropogène. La séquestration par la végétation est le second facteur déterminant.

Le présent article montre que la séquestration par la végétation dépend elle-même prioritairement de la quantité d’eau souterraine. On le voit sur la figure qui met en relation la variation annuelle de la réserve d’eau profonde dans le sol TWS avec CGR, la variation de l’augmentation annuelle du CO2. On constate que les deux paramètres corrèlent remarquablement. En d’autres termes : beaucoup d’eau dans le sol ó(beaucoup de végétation ?)ófaible augmentation du CO2.

Je suis un peu surpris que la séquestration du CO2 par la végétation dépende davantage de l’eau profonde que de l’humidité de surface. Ai-je bien compris ?

 
Les météorologues mesurent fort correctement la pluie et l’humidité de surface.

La masse de l’eau profonde est mesurée par le système GRACE. Ce sont deux satellites qui orbitent conjointement à 220 km l’un de l’autre en mesurant constamment la distance qui les sépare. Celle-ci dépend des irrégularités locales de la gravité terrestre qui peut être ainsi déterminée. GRACE fait ainsi une carte de la quantité d’eau souterraine à quelques centaines de km de résolution et il détermine sa variation au cours du temps. Costaud !

Humphrey, V., Zscheischler, J., Ciais, P., Gudmundsson, L., Sitch, S., && Seneviratne, S. I. (2018). Sensitivity of atmospheric CO2 growth rate to observed changes in terrestrial water storage. Nature, 560(7720), 628-631. doi:10.1038/s41586-018-0424-4

CLIMAT ET HYDROSPHERE / Jacques Dubochet